Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 18:45

« Il n’y a que deux erreurs que l’on puisse commettre sur le chemin de la Vérité : ne pas aller jusqu’au bout, et ne pas s’y engager ». Siddharta Gautama Shakyamuni

 

« De ce qu’un fait vous semble étrange, vous concluez qu’il n’est pas. Ce qui est puéril, c’est de se figu­rer qu’en se bandant les yeux devant l’inconnu, on supprime cet inconnu ». Victor Hugo

 

« Les vérités scientifiques finissent toujours par s’imposer, parce que la vérité ne triomphe jamais, mais ses ennemis finissent par mourir ». Max Planck, Prix Nobel de physique 1918

 

Après lecture de ce recueil préalable, plongeons-nous dans le passé!

Nous sommes dans l’entre-deux guerres, plus précisément entre 1924 et 1931. Les connaissances diététiques sont à leurs prémices, l’accès aux denrées alimentaires est restreint à l’échelle locale et autant dire que les compléments alimentaires sont loin de voir le jour.

Nonobstant ces conditions précaires, de courageux athlètes n’hésitent pas à se torturer l’esprit pour détourner les composantes de leur environnement de leur finalité originelle, dans un seul objectif : développer leur masse musculaire. Leur salle d’entraînement n’était pas située en plein centre-ville, mais au cœur de la forêt où ils passaient des heures à sculpter leur physique, à coups d’haltères ... en granit !

20120111-musculation-annees-30



Inutile de rechercher ces photos sur Internet, elles ne s’y trouvent pas ! Elles nous ont été transmises par un ami, Fred, ostéopathe et préparateur sportif, spécialisé en force athlétique, que nous tenons à remercier grandement. Il s’agit en réalité de cartes postales réalisées par un proche de son grand père, sur lesquelles il posait, avant de les vendre.

Théoriquement, chacun devrait aujourd’hui être capable d’atteindre un résultat au moins identique en restant attentif à la diététique et à l’entraînement. Or, trop nombreux sont ceux qui baisseront prématurément les bras... Pourquoi ? Nous le verrons...

Comment expliquer la transition entre ces statues grecques vivantes et la masse extrême arborée par les bodybuilders actuels ?

20120111-musculation-annees-2010



Nul besoin de se concentrer pour percevoir la pensée des lecteurs : les « produits dopants » ! Mais, est-ce la seule raison ? La construction du physique ne serait-elle qu’une affaire de chimie, qui dépasserait l’importance de l’effort physique et mental ? La majorité le croira, celle qui a oublié le prix des résultats, à savoir la souffrance et la patience !

Nous aimerions vous raconter une expérience intéressante, celle de Fred, qui n’a pas manqué de stimuler notre réflexion et qui, nous l’espérons, constituera la première fissure du monolithe dogmatique obstruant le passage vers l’avancée et la considération du culturisme français. Ce sportif a, au cours de sa formation, reçu les enseignements conjoncturels en matière de préparation physique appliquée à la discipline du saut à la perche. Nul besoin de rappeler que le matériel utilisé aujourd’hui est bien plus perfectionné que celui utilisé dans les années 1930, lorsqu’il se résumait à une barre en fer que les athlètes, après avoir pris l’élan nécessaire, enfonçaient dans du sable afin de se propulser dans les airs. Les résultats entre ces deux époques ne sont dès lors en aucun cas comparables.

En revanche, une analyse comparative révèle la totalité de son intérêt lorsque les conditions de réalisation de la performance sont identiques. Ainsi, Fred, par curiosité, tenta un saut en respectant ces conditions, avec une perche en fer plantée dans du sable et en seulement deux tentatives, il dépassa le record régional de ces années antérieures (3 mètres 02), en s’élevant à une hauteur comprise entre 3 mètres 05 et 3 mètres 10. De plus, ce qui ne fait d’ailleurs que renforcer la valeur de cette analyse, ce record était détenu à l’époque par un « sénior », alors que Fred l’a symboliquement battu en « junior », après seulement deux années de pratique !

Quelles conclusions retirer de cette expérience ?



C’est simple, seulement deux variables ont pu influencer ce résultat supérieur au record régional du passé. Frédéric n’a jamais utilisé de produits dopants. Les dubitatifs devront réaliser que si tel avait été le cas, ses performances auraient été largement supérieures. Dans le cadre de cette tentative, aucun compléments alimentaires n’étaient utilisés, tout simplement parce qu’il ne s’agissait pas d’un entraînement, mais d’un simple « jeu ».

Les seuls critères influant sont donc l’usage des méthodes de préparation plus productives que jadis et ensuite, un entraînement régulier réalisé sur un matériel plus élaboré. Les perches souples en fibres de verre constituent, certes, l’élément essentiel qui a permis aux perchistes d’améliorer leur technique face à de nouvelles exigences relatives aux performances, mais pas seulement.

Il apparaît en effet possible de relever que l’utilisation régulière d’instruments perfectionnés ne produit pas uniquement un gain instantané et furtif, mais influe positivement et de manière durable sur la qualité de la préparation. C’est ce qui explique que, malgré sa catégorie « junior » et seulement ses deux années d’entraînement avec des perches souples, Frédéric a pu battre (symboliquement) le record régional « sénior » des années 1930, en utilisant les mêmes perches métalliques et les mêmes conditions de compétition qu’à l’époque.

Il convient donc de dégager deux facteurs d’évolution : connaissances et technologies.

Les barres et haltères sont plus efficaces ?


En quoi une performance en saut à la perche est-elle intéressante pour le culturiste ?
S’il y a bien un élément pour le moins attristant en bodybuilding, c’est la rémanence du dogme qui l’entoure, principalement issu des écrits immémoriaux de pseudo théoriciens plutôt experts dans la gestion de portefeuille que des tractions lestées. Pourquoi parler de rémanence ?

Simplement parce que ces notions sont aujourd’hui rendues obsolètes par des supports sérieux, entièrement consacrés à la croissance musculaire, au lieu d’être dérivés de stratégies, à efficacité variable, issues d’autres sports et que, malgré ces avancées capitales, 99% des culturistes ne remettront jamais en question leurs conception archaïque de cette discipline qui dit que :

« Les barres et haltères sont plus efficaces pour la croissance musculaire que les poulies et machines ».

Vous voulez savoir pourquoi très peu d’athlètes atteindront un niveau naturel de ces pionniers du bodybuilding des années 1930 ? Parce qu’eux savaient réfléchir, forcer et s’adapter pour évoluer.

La meilleure manière de respecter leur mémoire est de tenter d’égaler l’ouverture d’esprit dont ils faisaient preuve de leur vivant. Nous souhaiterions conclure cet article par la présentation de clichés du grand-père de Fred, prénommé Antonin, afin d’illustrer l’environnement d’un culturiste talentueux en 1929.

20120111-musculation-antonin-1929-1



20120111-musculation-antonin-1929-2



L’architecture musculaire pourra certainement choquer les culturistes modernes. Néanmoins, comme cela fût précédemment expliqué, il s’agissait des critères physiques conjoncturellement valorisés. Au bas des photos, il est possible d’apercevoir une partie d’un disque en granit, utilisé comme charge additionnelle lors des entraînements. Pour l’anecdote, l’un des amis d’Antonin était tailleur de pierre et lui préparait des poids en fonction de sa demande. Inutile de préciser qu’un tel savoir faire était pour le moins chronophage et que plusieurs semaines étaient nécessaires avant l’obtention du matériel désiré.

A cette époque, les culturistes auraient certainement été ravis de pouvoir acheter des kilos de fonte sur « leboncoin.fr » à 1€/kg ...

Mot de la fin : Merci Fred pour ce passionnant morceau d’histoire et ces photos !

 

Ecrit par Yves Gasser & Frédéric Fonta

Repost 0
Published by Gasser Yves & Fonta Frederic - dans L'Histoire du Bodybuilding
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 09:11

 


 

 

 

 

 


 

 

Source: http://www.michaelgundill.com/ 

Repost 0
Published by Gasser Yves & Fonta Frederic - dans L'Histoire du Bodybuilding
commenter cet article

Présentation

  • : Gasser Yves & Fonta Frédéric
  • Gasser Yves & Fonta Frédéric
  • : Vous pourrez retrouver sur ce blog l'ensemble des articles rédigés par Gasser Yves, préparateur sportif à Perpignan, Champion de France, d'Europe et 3ème Monde Masters WPF 1997/1998, en étroite collaboration avec Fonta Frédéric, ainsi que diverses données relatives à l'entrainement ou la diététique. Bonne lecture à tous!
  • Contact

Recherche